l'assistance météo en direct

Canicule tardive : quel risque pour cette fin août ?

mercredi 21 août 2019  18H23
Un pic de chaleur est attendu sur notre pays en cette fin de semaine, après un mois d'août parfois maussade au nord de la Loire. Ces chaleurs n'auront rien d’exceptionnel : à ce sujet, rappelons que les canicules tardives, survenant après le 15 août, ont été fréquentes cette dernière décennie : le risque de canicule reste donc théoriquement présent jusqu'à la fin du mois d'août.

De l'été 2009 à l'été 2012, ainsi qu’en 2016 et 2017, les épisodes des plus fortes chaleurs en France se sont majoritairement concentrés entre le 15 et le 30 août, c'est-à-dire à la fin de la saison estivale (rappelons que "l'été" débute le 1er juin pour se terminer le 31 août selon la définition de l'Organisation Météorologique Mondiale). Cette année, après plusieurs épisodes caniculaires, un nouvel épisode de fortes chaleurs clôt ce mois d'août, sans atteindre cependant les seuils de canicule.

 

De la chaleur mais pas de nouvelle canicule en prévision

Après des températures parfois bien fraîches cette semaine (sauf dans l'extrême sud-est), on attend en fin de semaine un nouveau pic de fortes chaleurs avec des maximales entre 30 et 35°C sur les ¾ du pays, jusqu'au week-end inclu. Il s'agira donc d'un pic de chaleur d'intensité assez forte mais éloigné des records décadaires. Par la suite, le temps pourrait rester assez chaud, mais on restera en dessous des seuils de canicule. Cette évolution ultérieure reste encore à affiner mais le niveau des températures attendu devrait rester bien en-dessous des seuils de canicule, notamment les nuits, qui, tout en redevenant très douces, seront supportables.

Des canicules tardives fréquentes

Les vagues de chaleur tardives, survenant en dernière décade d'août, ne sont pas rares. Elles sont même devenues récurrentes depuis 2000, s'accélérant dans la décennie 2010. A ce jour, les plus fortes restent celles de 1991 et de 2016. On constate qu'à cette époque de l'année, la barre des 35°C peut encore être allègrement dépassée sur quasiment toute la France, et celle des 40°C peut également être approchée. Seul l'allongement de la durée de la nuit à cette époque de l'année permet de bénéficier de nuits moins torrides qu'en juillet, rendant ces épisodes plus supportables.

Les canicules tardives les plus intenses

Depuis l'an 2000, les principales canicules tardives se sont produites en 2001, puis régulièrement dans la décennie actuelle à partir de 2009.

En 2009, le 19 août avait été la journée la plus chaude de l'année à l'échelle de la France, avec des températures s'élevant jusqu'à 36°C au nord de la Loire et jusqu'à 42°C dans le Tarn et Garonne.

Du 21 au 26 août 2010, là aussi, les plus fortes chaleurs de l'année étaient enregistrées en France avec jusqu'à 40°C à Toulouse.

Du 22 au 29 août 2011, les températures maximales atteignaient quotidiennement entre 35 et 40°C des Pyrénées au Centre-Est.

La canicule d'août 2012 a été encore plus intense que celles des années passées. Mais surtout, elle a touché davantage de régions, jusqu'à Paris (ce n'était pas le cas les années précédentes). 

On avait par exemple relevé (du 15 au 21 août 2012) :

* 42,3°C à Montgivray (36) - record absolu -

* 42,1°C à Montclus (30)

* 41,6°C à Auzances (23) - record absolu –

* 41,5°C à Châtillon-sur-Seine (21) – record absolu -

* 41,1°C à Argenton (36) et Montluçon (03)

* 41°C à Branceilles (19) * 40,5°C à Conqueyrac (30)

* 40,4°C à Vallon-Pont-d’Arc (07)

* 40,3°C à Mathaux-l’Etape (10) – record absolu – et Saint-Maur(94)

* 40,2°C à Reignac (36) - record absolu – et Vichy

* 40°C à Argentat (19), Chablis (89)

Indiquons que ces canicules tardives de la fin août 2009, 2010 et 2012 se sont produites au terme d'étés qui n'avaient pas été très beaux sur la France.

Enfin, la plus forte canicule tardive à ce jour reste celle de 2016 (du 23 au 28 août), concernant les 3/4 de la France : les températures avaient atteint des records absolus pour la saison, dépassant la barre des 40°C jusqu'en Côte d'Or. Pendant cette période, les maximales avaient atteint 38,1°C à Dax (40) et à Brive (19), 37,9°C à Blois (41), 37,5°C à Romorantin (41) et 36,6°C à Paris Montsouris (75).

 

En conclusion, on retiendra que le risque de canicule reste théoriquement possible jusqu'à la fin du mois d'août en France, d'autant plus que ce phénomène a tendance à s'accentuer depuis ces 10 dernières années. A cet égard, le réchauffement climatique contribue, selon certaines études, à étendre la saison des canicules, lesquelles peuvent survenir de façon plus précoce et plus tardive qu'au 20 ème siècle. 

Cette année, l’été 2019 s’annonce probablement comme l’un des 4 plus chauds depuis 1900 en France, avec une canicule qui a touché les ¾ de la France fin juin puis fin juillet. En revanche, ce mois d'août a bien changé d'aspect, comme prévu dans nos prévisions saisonnières, avec des températures qui seront au total de saison mais sans excès. Cette fin août, qui se cloturera par le retour de la chaleur sur notre pays, ne devrait pas afficher cependant des valeurs excessives.

A lire aussi :

Canicule été 2019

Canicule juin 2019

Retour de la chaleur cette semaine

 


Retrouvez les prévisions météo pour votre ville, par téléphone, au 3201*
* 3201 : numéro court de prévisions pour la France accessible depuis la France - 2,99€ par appel
** 0899 70 12 34 : numéro de prévisions pour la France et le Monde accessible depuis la France - 2,99€ par appel